Qu’est-ce que les biais cognitifs ?

Qu’est-ce que les biais cognitifs ?

Qu’est-ce que les biais cognitifs ? 1685 1607 Wedo studios

L’expression « biais cognitifs » désigne un biais – c’est-à-dire une déviation, un détour – du processus cognitif d’acquisition des connaissances. Le processus cognitif est celui qui dirige nos réactions et nos décisions. Ainsi, on parle de biais cognitif lorsque notre cerveau se détourne du processus habituel et rationnel de pensée et prend ainsi des décisions qui semblent irrationnelles.

Mais pourquoi notre cerveau recoure-t-il à ces raccourcis ? Les biais cognitifs apparaissent en fait comme des solutions à ce que Buster Benson a, en 2016, catégorisé en quatre grands « problèmes » auxquels nous sommes confrontés, récapitulés ci-dessous.

Nous sommes surchargés d’informations
Remarque de quelque chose de drôle, frappant, ou qui a changé, attirance pour les détails qui confirment nos idées et croyances, rappel de ce qui est déjà amorcé ou stocké dans notre mémoire…

Nous avons besoin d’agir vite
Tendance à vouloir accomplir les tâches dans lesquelles nous nous sommes déjà investis, préférence de qui est immédiat ou proche…

Certaines choses manquent de sens
Projection de nos schémas de pensée actuels sur le passé et le futur, simplification de données pour nous les rendre abordables, idée que les personnes ou choses dont nous sommes proches sont meilleures que celles qui ne le sont pas…

Nous avons des choses à mémoriser
Modification et renforcement de certains souvenirs après les faits, généralités, souvenirs réduits à leurs éléments clés…

La liste des biais cognitifs est longue, et on peut d’ailleurs les regrouper en différentes catégories : biais sensori-moteurs, biais attentionnels, biais mnésiques, biais de jugement, biais de raisonnement, biais liés à la personnalité. Voici d’ailleurs quelques exemples : le biais de confirmation, le biais de croyance, l’effet de halo, le biais d’ancrage, le biais de négativité, la pensée de groupe…

Les biais cognitifs altèrent le jugement des usagers et provoquent une déviation de leur pensée logique. Ainsi, plutôt que de le faire de façon rationnelle, un utilisateur portera son jugement de façon rapide et intuitive, sans tenir compte de toutes les informations pertinentes ou sans processus d’analyse.

Ces pièges de la pensée induisent ainsi des comportements chez les utilisateurs : en termes d’UX, il est donc essentiel d’en avoir connaissance, de les comprendre, et de les anticiper.


Participez à notre formation sur la Recherche Utilisateur !